Sénégal : Un programme d’agriculture intégrée

A l’extrême Est du pays, loin des côtes touristiques et des foyers industriels, les populations des villages sénégalais vivent de leur propre production agricole. Pour permettre à ces familles de mieux se nourrir chaque jour, depuis 2008, Elevages sans frontières met en place un vaste programme d’agriculture intégrée.

Ce type d’agriculture réunit une « brebis de case » et un périmètre maraîcher clôturé et irrigué. Cette technique s’appuie ainsi sur la complémentarité des deux processus :

Agriculture intégrée - shémaL’association travaille avec des groupements féminins. Au démarrage, toutes les femmes d’un groupement reçoivent une parcelle maraîchère et un tiers reçoit une brebis.
Les années suivantes, grâce au principe « Qui reçoit … donne », de nouvelles femmes recoivent une brebis jusqu’à ce que tout le groupement en possède une et qu’un nouveau projet puisse démarrer dans un village voisin.

Pour certains villages, le projet comprend aussi la construction ou la rénovation d’un puits, ou d’un bassin de rétention d’eau, assurant un accès à l’eau et une irrigation des parcelles.

En 4 ans, le résultat obtenu par ce programme est formidable :
– Amélioration de l’alimentation et la santé des familles,
– Production agricole : viande, fruits et légumes (oignons, aubergines, pastèques, …) générant de nouveaux revenus,
– Évolution du niveau de vie avec accès aux soins et à l’éducation des plus jeunes.

Je soutiens ce projet


Le témoignage d’Aminata « Les fruits de leur travail » :

sénégal - agriculture intégrée« Je m’appelle Aminata Ba, je suis la présidente du Groupement de Promotion Féminin (GPF) de Thiambé. Créé en 2000, nous sommes 255 membres.

Le principal motif de notre GPF était de travailler pour créer des activités génératrices de revenus. Disposant d’un terrain, mais d’une clôture de fortune (bois morts), nous ne pouvions produire correctement à cause des animaux en divagation. Devant ce facteur bloquant combiné au manque d‘eau, le GPF avait abandonné ses activités maraîchères. Nous avons été voir tous les acteurs de la région pour demander des appuis, mais sans succès.

Notre vie a vraiment changé avec ce nouveau projet. En un an, nous avons bénéficié de 50 brebis suitées avec un suivi sanitaire, confectionné un grillage, reçu du petit matériel agricole, un curetage pour notre puits et une formation en maraîchage.

Selon le « Qui reçoit … donne », 48 agnelles ont été distribuées à d’autres membres du groupement, ce qui fait que 98 femmes ont aujourd’hui bénéficié de l’aide.

sénégal - agriculture intégréePendant l’hivernage, nous avons mené une campagne commune de pastèques : les recettes, qui s’élèvent à 280 000 Fcfa (427 €), vont servir à payer des semences pour la prochaine saison.

Un grand merci aux donateurs qui nous ont permis de mettre en œuvre ce à quoi nous nous aspirions depuis 10 ans. »


Vers reboisement


Mise à jour par Elevages sans frontieres le
Cette entrée a été publiée dans Dans les pays, avec comme mot(s)-clef(s) , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.
Partager sur Twitter

Faire un don en ligne

Sur le même sujet

L'ONG Elevages sans frontières est une association de solidarité internationale.
Notre action : lutter contre la faim et la malnutrition par des projets d'élevages en Afrique de l'Ouest (Togo, Bénin, Burkina Faso et Sénégal), au Maroc, en Algérie, en Haïti et en Europe de l'Est (Kosovo, Arménie et Albanie).
Selon le principe de microcrédit en animaux, chaque famille aidée offre à son tour un petit né de son élevage à une nouvelle famille qui continuera cette grande chaîne de solidarité.