Questions fréquentes


Selon quels critères décidons-nous d'intervenir dans un pays ?
• Comment les familles bénéficiaires sont-elles choisies ?
• Comment est évalué le coût des animaux ?
• D'où viennent les animaux distribués dans les pays ?
• Les animaux ne dévastent-ils pas l'environnement ?
• Peut-on donner des animaux à Elevages sans frontières ?
• Qui prend en charge l'alimentation des animaux ?
• Dans quelles conditions les petits sont-ils transmis ?
• Peut-on recevoir des nouvelles des animaux offerts ?
• Pourquoi ne pas développer de programmes en France ?

Selon quels critères décidons-nous d'intervenir dans un pays ?

Le choix d'un pays est le plus souvent une réponse à une proposition de coopération de partenaires du réseau ou à la sollicitation d'associations locales. Pour être mis en place, un projet doit répondre à des besoins alimentaires et économiques, de familles en difficulté, intervenir dans un contexte stable, apparaître comme réaliste et viable aux vues des conditions et des traditions locales, et concerner un groupe de bénéficiaires motivés et impliqués dans le développement du projet.

Comment les familles bénéficiaires sont-elles choisies ?

Famille du BéninLes familles sont choisies par nos partenaires locaux selon plusieurs critères : notamment le manque de ressources, le nombre de personnes à charge, le nombre d'enfants en bas âge, la motivation à développer un élevage, l'engagement du respect de la chaîne de solidarité.

Les bénéficiaires doivent accepter, avec l’aide de l’équipe locale, d’aménager un bâtiment pour abriter les animaux et s’organiser pour assurer des réserves de nourriture et de stocker du fourrage pour les animaux.

 

Comment est évalué le coût des animaux ?

Une chèvre "seule" coûte en France environ 180€. Dans le cadre des programmes, on évalue le coût global d'une chèvre à 300€ en moyenne. Le montant estimé pour chaque animal inclut tout ce qu'implique une activité durable d'élevage : l'achat de l'animal, le transport, le matériel d'élevage et de transformation (fromagerie, miellerie...), la formation agricole, la rémunération de l'équipe locale, l'organisation d'associations d'éleveurs, l'aide à la commercialisation de produits fermiers.

D'où viennent les animaux distribués dans les pays ?

Jusqu'en 2007, nous avons souvent importé des chèvres françaises de race alpine, car les élevages d'origine offraient une bonne génétique et les meilleures garanties sanitaires. Or, en vertu du microcrédit et grâce à la qualité du suivi des projets, les élevages se multiplient dans les pays de destination. De fait, les éleveurs qui se sont acquitté de leur contrat de don sont enchantés de pouvoir vendre des chevrettes nées dans leur élevage pour compléter leur revenu.
Ainsi nous trouvons désormais des animaux encore mieux adaptés, et moins coûteux puisqu'ils sont déjà sur place. Pour les autres types de programmes (poules, abeilles, lapins, cochons, agoutis), les animaux sont toujours sélectionnés et achetés dans le pays, directement par l'équipe locale.

Les animaux ne dévastent-ils pas l'environnement ?

ChevreBeninEn Europe de l'Est, les programmes sont mis en place dans des régions riches en végétation. Les chèvres sont conduites de façon similaire aux petits élevages traditionnels français: En chèvrerie la nuit et pâturage à la belle saison.
En Afrique, les familles préparent un bâtiment et tiennent leurs animaux dans un petit espace clos et couvert lumineux et aéré. Ainsi, ces derniers sont préservés de la chaleur, des parasites et des pluies torrentielles préjudiciables. De plus, ils ne participent pas aux déprédations sur les végétaux qui ont fait leur mauvaise réputation sur le pourtour saharien. En empêchant le vagabondage notre action préserve les arbres et les végétaux.

Peut-on donner des animaux à Elevages sans frontières ?

Des éleveurs nous proposent parfois généreusement de donner des animaux ; nous ne pouvons malheureusement pas accepter cette aide en nature. Nous n’utilisons désormais que les potentialités locales pour approvisionner les projets en animaux : ces derniers bénéficient d’une rusticité certaine, et de plus en plus de programmes locaux d’amélioration des animaux sont mis en places. Ainsi les bénéficiaires des projets bénéficient d’animaux performants et bien adaptés aux conditions locales.
Il peut arriver qu’il soit nécessaire de recourir à une importation d’animaux. Dans ce cas nous faisons appel à des professionnels qui garantissent des animaux en bonne santé, respectant les normes sanitaires internationales.

Qui prend en charge l'alimentation des animaux ?

Avant la distribution des animaux, les coordinateurs locaux accompagnent les groupes de bénéficiaires dans la préparation de stocks alimentaires. A titre exceptionnel, l'achat de terrains collectifs destinés à la production fourragère peut être inclus dans le financement du projet. Si nécessaire, un petit complément alimentaire, sous forme de céréales comme l'orge ou le maïs par exemple, est financé par l'association pour soutenir le démarrage de l'activité d'élevage.
Cette aide permet d'assurer le bon état des animaux en attendant que les familles dégagent des revenus suffisants de leur activité.

Dans quelles conditions les petits sont-ils transmis ?

Ce sont uniquement les femelles, dont sont issus à la fois les jeunes animaux et les produits consommables, qui sont transmises pour la chaîne de solidarité. Par exemple, les familles rendent les chevrettes une fois sevrées, après l'âge de 6 ou 7 mois. Dans un contrat, l'éleveur s'engage à transmettre des animaux d'âge et de poids équivalant à ceux qu'il a reçus.

microcrédit en chèvre Togo

Peut-on recevoir des nouvelles des animaux offerts ?

Elevages sans frontières propose de faire des dons représentant le montant d'animaux et non de parrainer un animal ou une famille. Ces dons représentent une participation à l'action d'Elevages sans frontières dans les pays ; ils sont utilisés en fonction des priorités.
Les donateurs peuvent connaître les programmes prévus avec les animaux concernés grâce aux lettres d'informations adressées aux donateurs, au site internet mis à jour régulièrement, ou en contactant le service donateurs.
Un suivi individuel et personnalisé de chaque don (envoi de photos de l'animal et de la famille aidée, information en fonction de l'actualité) impliquerait une équipe et une gestion lourde et coûteuse. La préoccupation d'Elevages sans frontières est avant tout d'optimiser la part des fonds consacrée directement à l'aide aux familles.

Pourquoi ne pas développer de programmes en France ?

Les demandes concernant des pays en développement représentent un investissement humain et financier déjà lourd. Les projets sont d'autre part mis en place en faveur de groupes de familles ou de communautés rurales, alors que les sollicitations françaises sont très souvent émises par un individu ou une seule famille. Enfin, à investissement égal, l'impact sur l'amélioration de l'alimentation et le niveau de vie des familles serait bien moindre.


Elevages Sans frontières
L'ONG Elevages sans frontières est une association de solidarité internationale.
Notre action : lutter contre la faim et la malnutrition par des projets d'élevages en Afrique de l'Ouest (Togo, Bénin, Burkina Faso et Sénégal), au Maroc, en Algérie, en Haïti et en Europe de l'Est (Kosovo et Albanie).
Selon le principe de microcrédit en animaux, chaque famille aidée offre à son tour un petit né de son élevage à une nouvelle famille qui continuera cette grande chaîne de solidarité.