Ecrit par Elevages Sans frontières le

L’adaptation face au changement climatique

La 21ème Conférence des parties à la Convention Cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques (CNUCC)1 se déroulera à Paris en 2015. Elle fera le point sur l’engagement des gouvernements dans la réduction des gaz à effet de serre et sur l’adaptation au changement climatique. Un zoom sera surement fait sur le soutien apporté aux pays en voie de développement, premières victimes du réchauffement et dont les modèles de développement contribueront à l’évolution de cette tendance.

L’action d’Elevages sans frontières s’inscrit dans les orientations fixées par la CNUCC.

L'adaptation aux changements climatiques

Sur le plan environnemental, le changement climatique accentue la variabilité et l’irrégularité des pluies qui conditionnent la répartition des pâturages et les rendements agricoles. Face à cette tendance, les paysans cherchent des alternatives pour nourrir leurs animaux pendant les saisons sèches et améliorer les capacités de production de leurs champs.

Nos antennes et nos partenaires les accompagnent ainsi dans l’amélioration des conditions de stockage des fourrages et dans la fertilisation de leurs parcelles avec la mise en place de compostières ou d’opérations de reboisement.

Cependant, « changement climatique » ne rime pas forcément avec « diminution des précipitations ». Il y a en effet beaucoup d’incertitudes sur l’évolution de la pluviométrie de nombreuses régions comme au niveau de la frange sahélienne où les bilans sont très variables d’une région à une autre.
Mais que faire d’une augmentation des quantités d’eau tombées si on est dans l’incapacité de les retenir ou de les exploiter ?

L’irrigation étant une manière de diminuer la vulnérabilité des agricultures aux aléas climatiques, ESF appuie certains bénéficiaires dans l’accès à l’eau en améliorant les systèmes d’exhaure, de canalisation et de stockage.

Sur le plan sanitaire, en modifiant les températures et les régimes des pluies, le changement climatique favorise la progression de certaines maladies qui peuvent être désastreuses pour les cheptels à l’échelle nationale.

Face aux difficultés des services vétérinaires locaux pour assurer une couverture sanitaire homogène et accessible par tous, ESF, avec l’aide de ses antennes, des partenaires et des services publics ou privés existants, appuie le déploiement de réseaux vétérinaires de proximité en contribuant à la formation d’auxiliaires vétérinaires villageois.

Par ailleurs, en affectant le potentiel agricole dont dépend la majeure partie des revenus des ménages ruraux, le changement climatique accentue l’exode rural et l’apparition de poches de pauvreté urbaines. Ceux qui sont restés dans les campagnes ont dû se sédentariser et modifier leurs activités agricoles, en passant notamment de l’élevage bien souvent transhumant ou semi-transhumant à un élevage sédentaire ou « de case », voire à l’agriculture. C’est le cas du Togo, Bénin, Burkina-Faso et Sénégal. Ces bouleversements sont difficiles pour ces familles sur le plan social (difficulté d’acceptation de ces réfugiés), économique (difficulté à trouver son métier) et environnemental (pression plus grande sur les ressources naturelles).

ESF contribue à atténuer ces tendances en accompagnant l’ensemble de ses bénéficiaires dans l’amélioration de leurs moyens et de leurs modes de production ainsi que dans leur professionnalisation ; le tout pour le maintien d’un monde rural et paysan plus fort garant de la sécurité alimentaire et du développement économique des pays en voie de développement.

Chevres au sénégalPar Sylvain Gomez, Chargé de mission

Source :
1 CNUCC: unfccc.int, www.thegef.org

Cette entrée a été publiée dans Nos actualités, Nos dossiers, avec comme mot(s)-clef(s) . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Faire un don en ligne

Usage de cookies : Comme tout un chacun sur la toile, nous utilisons des cookies afin de mieux connaître nos intérêts et améliorer nos pages.

L'ONG Elevages sans frontières est une association de solidarité internationale.
Notre action : lutter contre la faim et la malnutrition par des projets d'élevages en Afrique de l'Ouest (Togo, Bénin, Burkina Faso et Sénégal), au Maroc, en Haïti et en Europe de l'Est.
Selon le principe de microcrédit en animaux, chaque famille aidée offre à son tour un petit né de son élevage à une nouvelle famille qui continuera cette grande chaîne de solidarité.