Ecrit par Elevages Sans frontières le

Le niébé, haricot magique !

pousse de niébéLe niébé, aussi appelé dolique à œil noir, ou pois à vache est une variété de haricot qui constitue une importante denrée de base pour bon nombre de familles des pays en voie de développement.


Pouvoir n°1 : Le niébé nourrit !

Ses graines sont riches en oligo-éléments, en protéines et en vitamines, très importants pour les femmes enceintes. Utilisé aussi pour le sevrage des enfants, il est disponible à des moments cruciaux de l’année où les greniers se vident.

Pouvoir n°2 : Le niébé enrichit !

Sa commercialisation fournit un complément de revenu non-négligeable aux populations rurales et permet d’acheter d’autres produits de base. Il existe un grand marché de graines et de fourrage de niébé en Afrique de l’Ouest.

Le niébé

Pouvoir n°3 : Le niébé est résistant !

Adapté aux conditions difficiles, l’azote qu’il capte améliore la fertilité des sols et profite ainsi aux autres cultures.

Pouvoir n°4 : Le niébé est connu !

Le niébé est cultivé dans le monde entier. En 2010 au Sénégal, la 5ème conférence internationale sur le niébé a réuni des centaines d’experts du monde entier, dont la NASA qui l’étudie pour nourrir les cosmonautes.

Pouvoir n°5 : Le niébé est blagueur !

Chez les peuls, il est à l’origine de nombreuses moqueries en raison des flatulences qu’il provoque, comme tout haricot qui se respecte…

Par Sylvain Gomez, Chargé de mission


Sources :
Fao.org : « La culture traditionnelle du niébé au Sénégal »

Cette entrée a été publiée dans Dans les pays, Nos actualités, avec comme mot(s)-clef(s) , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Faire un don en ligne

Usage de cookies : Comme tout un chacun sur la toile, nous utilisons des cookies afin de mieux connaître nos intérêts et améliorer nos pages.

L'ONG Elevages sans frontières est une association de solidarité internationale.
Notre action : lutter contre la faim et la malnutrition par des projets d'élevages en Afrique de l'Ouest (Togo, Bénin, Burkina Faso et Sénégal), au Maroc, en Haïti et en Europe de l'Est.
Selon le principe de microcrédit en animaux, chaque famille aidée offre à son tour un petit né de son élevage à une nouvelle famille qui continuera cette grande chaîne de solidarité.