Ecrit par Elevages Sans frontières le

L’élevage : un moyen de lutter contre la pauvreté

Dans beaucoup de pays du sud, l’élevage familial assure un rôle capital dans les petites exploitations agricoles et peut être un élément moteur de l’économie rurale pour améliorer les conditions de vie des populations. Cette activité s’intègre à la production agricole et la complète en donnant aux familles un moyen d’acquérir de nouveaux revenus et de diversifier leur alimentation.

femmes sénégalaises à la cuisineDepuis ses débuts, Elevages sans frontières met l’appui et le renforcement des activités d’élevage au cœur de ses projets de développement agricole. Cette orientation répond aux problématiques que vivent certains pays du sud dans le développement de leurs petites agricultures.

La plupart des personnes souffrant de faim et de pauvreté pratiquent à différentes échelles l’élevage de vaches, de chèvres, de moutons, de cochons et de volailles pour s’alimenter. L’association appuie et accompagne le développement de ce secteur en renforçant ou en facilitant la création d’activités productives pour que ces familles vivent durablement de l’élevage et tirent profit de ses sous-produits.

L’élevage peut jouer un rôle essentiel dans la lutte contre pauvreté, l’insécurité alimentaire et la malnutrition, et peut contribuer à faire face à la demande de produits d’origine animale (viande, lait, œufs) en constante augmentation dans les pays en développement. C’est en valorisant ces potentialités que l’association met en œuvre avec les bénéficiaires, et en particulier les femmes, des projets considérant l’élevage comme une source multiple de bienfaits.

• Garantir une alimentation enrichie

Dans les pays où Elevages sans frontières coopère, le régime alimentaire peu varié se compose principalement de céréales et tubercules, ce qui entraine régulièrement des déficiences nutritionnelles, particulièrement chez les femmes et les enfants. Pour faire face à ces carences et faciliter l’accès à des protéines animales, l’élevage procure une alimentation plus riche et saine.
Par exemple en Albanie, Arménie, au Kosovo et Maroc, le type d’élevage promu garantit un apport en produits laitiers de qualité et en quantité suffisante sur plusieurs mois de l’année.

• Générer de nouveaux revenus et prévenir les risques

Pour les familles rurales du Bénin et du Sénégal, l’élevage est une opportunité pour sortir de la pauvreté puisque les animaux constituent un capital financier subvenant à des besoins quotidiens ou ponctuels : s’habiller, se déplacer, se soigner, étudier ou encore constituer des réserves alimentaires…

• Contribuer à l’approvisionnement local

Autour de la ville de Pô au Burkina Faso, le renforcement des activités d’élevage et l’appui à la structuration de la filière avicole dans des villages ruraux a permis d’augmenter l’offre en volailles sur les marchés locaux pour les habitants des zones urbaines et périurbaines, répondant ainsi à la demande croissante en denrées animales et principalement en viande.

• Préserver la santé des hommes

Pour notre équipe au Togo, l’appui au développement de l’élevage doit aussi prendre en considération les risques et les impacts sur la santé humaine dus aux maladies d’origine animale. C’est pourquoi notre antenne travaille maintenant dans la mise en place de services vétérinaires de proximité en formant des référents villageois en charge de la vaccination et du suivi de la santé des cheptels.

Le renforcement par ESF du petit élevage familial reste donc un axe de travail prioritaire pour lutter contre la pauvreté des familles rurales et pour contribuer au développement des régions et des pays où elle coopère.


Cette entrée a été publiée dans Nos actualités, Nos dossiers, avec comme mot(s)-clef(s) , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Faire un don en ligne

Usage de cookies : Comme tout un chacun sur la toile, nous utilisons des cookies afin de mieux connaître nos intérêts et améliorer nos pages.

L'ONG Elevages sans frontières est une association de solidarité internationale.
Notre action : lutter contre la faim et la malnutrition par des projets d'élevages en Afrique de l'Ouest (Togo, Bénin, Burkina Faso et Sénégal), au Maroc, en Haïti et en Europe de l'Est.
Selon le principe de microcrédit en animaux, chaque famille aidée offre à son tour un petit né de son élevage à une nouvelle famille qui continuera cette grande chaîne de solidarité.