Ecrit par Elevages Sans frontières le

Le chef du projet PARPEL se présente

Brahima GNAMOU est le chef de notre programme au Burkina Faso, il nous explique le parcours qui l'a amené à travailler dans le développement de son pays.

Chef-projet-Burkina« Depuis 2013, je travaille pour A2N Association Nodde Nooto, qui veut dire "Répondre à l’appel".
Répondre à l’appel… C’est un peu ce que j’ai fait, lorsque je suis revenu de Genève, un Master en Développement en poche, pour soutenir le développement économique de mon pays, le Burkina Faso.

Mon engagement a d’abord été partagé entre deux pays, deux projets : un au Mali, l’autre au Burkina. Cette vie de transhumant a pris fin lors de l’éclatement du conflit au Nord Mali en 2012.

Depuis 2017, je coordonne la mise en œuvre du PARPEL.

Le projet est porté par 4 ONG : deux burkinabé, A2N et ASUDEC, et deux européennes, Vétérinaires Sans Frontières-Belgique et Elevages sans frontières. C’est ça aussi l’Aide au Développement : la mise en commun des savoirs et savoir-faire ! Et cela commence avec l’écoute des éleveurs que nous accompagnons afin de tenir compte de leurs réalités environnementales et socio-économiques dans le montage de l’action.

Nous avons fait le choix d’être au plus proche d’eux : deux antennes basées à Dori et Kaya permettent ainsi à mon équipe spécialisée en élevage / santé animale et en économie agricole de développer les activités du projet en collaboration directe avec les communautés paysannes.

Nous travaillons actuellement avec les instances villageoises et d’autres ONG intervenant dans la région pour impliquer les plus vulnérables dans l’action.

Notre objectif : les sortir de la pauvreté. »


Cette entrée a été publiée dans Dans les pays, Nos actualités, avec comme mot(s)-clef(s) . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Faire un don en ligne

L'ONG Elevages sans frontières est une association de solidarité internationale.
Notre action : lutter contre la faim et la malnutrition par des projets d'élevages en Afrique de l'Ouest (Togo, Bénin, Burkina Faso et Sénégal), au Maroc, en Haïti et en Europe de l'Est.
Selon le principe de microcrédit en animaux, chaque famille aidée offre à son tour un petit né de son élevage à une nouvelle famille qui continuera cette grande chaîne de solidarité.