Ecrit par Elevages Sans frontières le

Togo : Renforcer les solidarités locales par l’élevage

Dans le sud du Togo, la majorité des familles rurales vivent de la petite agriculture et du petit élevage leur procurant à peine de quoi se nourrir. Malgré ce combat permanent pour répondre aux besoins essentiels, l’entraide demeure solidement ancrée dans le quotidien des populations. Le principe «Qui reçoit… donne», moteur de notre action, favorise donc l’éclosion de projets solidaires d’élevage !

Togo solidarité locale et élevageLa plupart des familles aidées par l’association cultivent moins de 2 hectares de manioc, de maïs, d’arachide ou de légumes et possèdent quelques animaux. La culture manuelle peu intensive, le manque de techniques et d’accès aux services agricoles, les sécheresses prolongées, la forte mortalité des animaux en divagation, entraînent des problèmes de malnutrition. Pour pallier ce fléau, Élevages sans frontières a vu la nécessité de mettre en place des projets permettant d’améliorer avant tout l’alimentation familiale et de générer ensuite des revenus pour faire face aux frais scolaires ou médicaux. En cas de mauvaises récoltes, les familles disposent d’économies pour acheter de la nourriture.

Fin 2011, à la suite d’une étude des besoins et des ressources locales, un projet d’élevage a vu le jour dans le village de Blifou. L’objectif : améliorer l’alimentation à moyen terme puis créer une source durable de revenus pour 20 familles. La plupart des habitants produisent des ananas, un fruit dont le cours ne cesse de fluctuer, avec des conséquences désastreuses pour les producteurs. Aujourd’hui, les animaux sont arrivés et les familles ont suivi des formations aux soins et à la conduite de l’élevage. L’association continue à accompagner les familles sur le plan technique et prévoit une formation sur la gestion et la commercialisation avant la fi n de l’année 2012.

En avril dernier, en tant que Chargée des Programmes au Togo, je me suis rendue à Blifou en m’interrogeant sur la manière d’optimiser la coopération et la solidarité entre des familles en situation d’extrême vulnérabilité.

Togo solidarité locale et élevageSur 20 familles porteuses du nouveau projet, 4 sont allées dans le village de Lavié pour chercher des dindons ou des agoutis (rongeurs prisés pour leur viande), transmis par des éleveurs que nous avions aidés auparavant.

Parmi eux, Faustin Womewor a reçu 5 agoutis. Le provoquant un peu, je lui ai demandé si ce ne serait pas plus facile de recevoir les animaux de l’association sans attendre les naissances chez d’autres éleveurs. Il a aussitôt expliqué combien il estime naturel et important que la remise d’animaux démarrée par l’association se poursuive entre les éleveurs : «Ici, au Togo, nous sommes habitués à nous entraider. Au moment des pics de travaux dans les champs comme le désherbage ou la récolte, nous nous prêtons main forte ; nous faisons les travaux dans le champ de l’un avant de passer dans le champ de l’autre. Il est aussi habituel d’aider une famille d’éleveurs dont les animaux meurent. Et puis, même si l’animateur d’ESF-Togo nous forme, l’éleveur chez qui nous récupérons nos animaux a un pas d’avance sur nous : alors, on bénéficie de ses conseils techniques.»

Les solidarités locales qui soudent la culture togolaise sont un formidable terreau pour implanter les projets d’Élevages sans frontières ; le principe «Qui reçoit… donne» s’appuie donc sur des liens sociaux qui préexistent et les renforcent. Les activités d’élevage que nous développons ne sont pas seulement sources d’alimentation et de revenus, mais aussi de capital social !

Reportage de Noémi Gonda, Chargée de programmes.


Cette entrée a été publiée dans Nos actualités, Nos dossiers, avec comme mot(s)-clef(s) , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Faire un don en ligne

Usage de cookies : Comme tout un chacun sur la toile, nous utilisons des cookies afin de mieux connaître nos intérêts et améliorer nos pages.

L'ONG Elevages sans frontières est une association de solidarité internationale.
Notre action : lutter contre la faim et la malnutrition par des projets d'élevages en Afrique de l'Ouest (Togo, Bénin, Burkina Faso et Sénégal), au Maroc, en Haïti et en Europe de l'Est.
Selon le principe de microcrédit en animaux, chaque famille aidée offre à son tour un petit né de son élevage à une nouvelle famille qui continuera cette grande chaîne de solidarité.